En Allemagne, les salariés sont répartis en 6 classes d’imposition ( steuerklasse ) :

classe 1 : salariés résidents célibataires, veufs ou divorcés qui n’appartiennent pas aux classes 2 ou 3 – salariés non-résidents.

classe 2 : salariés résidents célibataires, veufs ou divorcés qui ont au moins un enfant à charge.

classe 3:  salariés résidents mariés lorsqu’un seul conjoint est salarié ou lorsque l’un des conjoints est rattaché à la classe 5. Les contribuables salariés mariés ont le choix d’être rattachés soit tous les deux à la classe 4 soit l’un à la classe 3 et l’autre à la classe 5. salariés veufs pendant l’année qui suit le décès du conjoint.

classe 4 : salariés mariés lorsque les deux conjoints sont salariés et n’ont pas opté pour les classes 3 et 5.

classe 5 : salariés mariés lorsque les deux conjoints sont salariés et que l’un a opté pour la classe 3.

classe 6 : salariés qui perçoivent en même temps plusieurs salaires de différents employeurs pour la retenue à la source de l’impôt dû pour le deuxième emploi et les emplois suivants.

La base imposable est composée de la totalité des revenus dus à une activité salariée:  salaires et rémunérations, indemnités de fin de contrat, également en cas de rupture par l’employeur, primes et suppléments de rémunérations (travail de nuit, dimanches), pensions et paiements assimilés, les remboursements de frais sont exonérés dans une certaine limite.
Les abattements et charges déductibles : La législation fiscale en Allemagne reconnaît trois types de déductions d’impôt possibles.

Dépenses spéciales : les cotisations sociales et primes d’assurance, les versements aux organismes d’utilité publique (5 % de la somme), l’impôt pour les églises, les pensions alimentaires versées à un ancien conjoint, les frais de formation professionnelle (dans une certaine limite), les dépenses pour l’embauche d’un personnel domestique.
charges extraordinaires : elles ne sont pas mentionnées par la loi. pour qu’elles soient admises en déduction, le contribuable doit en faire la demande et fournir les justificatifs appropriés. ces charges peuvent concerner les études d’un enfant, l’aide aux personnes dans le besoin, les frais d’un événement exceptionnel comme un divorce, une maladie, un enterrement, etc.
Frais professionnels : Les contribuables peuvent déduire des frais professionnels, notamment : frais de trans- port entre le domicile et le lieu de travail (forfait kilométrique ou coût des transports en commun), frais de repas et de nourriture, cotisations syndicales, frais de vêtements, litté- rature spécialisée, etc. La déduction de ces frais est soit forfaitaire (920 € actuellement), soit en fonction des dépenses réelles.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>