cette nouvelle directive Directive 2015/637 facilitera aux citoyens de l’UE l’accès aux services consulaires dans les pays tiers où leur Etat n’a pas de représentation diplomatique puisque:  En 2015, un citoyen de l’UE sur six prévoit de passer ses vacances dans un pays en dehors de l’UE.
Plus de 30 millions de ressortissants de l’UE résident en permanence dans un État non membre de l’UE.
Les Européens effectuent chaque année environ 90 millions de déplacements en dehors de l’Union européenne, à des fins professionnelles ou d’agrément.
Près de 7 millions de citoyens de l’UE voyagent ou résident en dehors de l’UE dans un pays où l’État membre dont ils possèdent la nationalité ne possède pas de représentation diplomatique ou consulaire. Leur nombre devrait atteindre 10 millions en 2020.

Dans la suite logique de la charte européenne des droits fondamentaux de l’Union européenne adoptée à Nice en décembre 2000 et en particulier de l’article 46 ( la protection consulaire est conçue par l’Union européenne comme un droit attachés au statut de citoyen européenne ) et le droit proclamé par le traité de Maastricht (article 23) sur le fonctionnement de l’UE : « : « Tout citoyen de l’Union bénéficie, sur le territoire d’un pays tiers à l’État membre dont il est ressortissant n’est pas représenté, de la protection des autorités diplomatiques et consulaires de tout État membre dans les mêmes conditions que les nationaux de cet État ».
La réflexion avait été engagée en 2010 par le « programme de Stockholm »
Mais cette protection consulaire ne concerne que certains points : Concrètement, l’assistance consulaire peut s’appliquer dans les cas suivants: un accident ou une maladie grave, l’arrestation ou la détention; victime d’un crime ou d’un délit; l’aide et le rapatriement en cas de situation de détresse;´, le décès et le besoin de titres de voyage provisoires.
Cette directive du 20 avril doit maintenant être transcrite dans le droit national d’ici mai 2018.Une avancée certes mais tout ce qui relève de la chancellerie n’est pas concerné
Faits et chiffres clés:
En 2015, un citoyen de l’UE sur six prévoit de passer ses vacances dans un pays en dehors de l’UE.
Plus de 30 millions de ressortissants de l’UE résident en permanence dans un État non membre de l’UE.
Les Européens effectuent chaque année environ 90 millions de déplacements en dehors de l’Union européenne, à des fins professionnelles ou d’agrément.
Près de 7 millions de citoyens de l’UE voyagent ou résident en dehors de l’UE dans un pays où l’État membre dont ils possèdent la nationalité ne possède pas de représentation diplomatique ou consulaire. Leur nombre devrait atteindre 10 millions en 2020.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>